Oser plus loin

J’aimerai terminer cette année par une ultime chronique, comme un dernier salut, avant de me relancer pour 2018. J’ai besoin de me concentrer au calme pour apprivoiser la cécité qui ne me laisse aucun répit, et me motiver pour concrétiser mes nouveaux projets. Alors voici un bilan pro-visoire mais jamais définitif (!) sur mon parcours politico-artistique depuis 2009. Un café chaud pour affronter la rudesse de l’hiver ?
Ou un thé pour l’adoucir ?

Tout a commencé en 2009

En écrivant le manifeste du surdisme en 2009, jamais je n’aurais imaginé que mon parcours artistique soit si passionnant, si libérateur et si riche en rencontres. J’avais toujours aimé expérimenter des idées artistiques sur les questions politiques sur la LSF ou sur les Sourds, mais j’étais vite étouffé par les pressions sociales, depuis que j’ai découvert à l’âge de 18 ans que je suis
« Sourd » et non pas sourd.
« Tu parles si bien, POURQUOI signes-tu alors ? », « Tu as du talent, tu dois OUBLIER ta surdité. », « Tu aimes la LSF mais il faut respecter LE CHOIX des autres. », « La vie est injuste, c’est comme ça. », « Je suis artiste sourd mais je ne veux pas m’enfermer dans un ghetto. »… Oui, j’en ai connu beaucoup comme ça...

par Arnaud Balard

A suivre dans le numéro 846

Arnaud 1