L'âme du Festival Clin d'Oeil : David de Keyzer

Avant de vous présenter les pages du festival, Echo-Magazine a posé quelques questions à David de Keyzer, père du Festival Clin d’Oeil qu’il a vu grandir au fil des années. Un père attentif et prévoyant devant les difficultés et aléas de la vie.

Et comme lui nous sommes pleins d’espoir pour le prochain Festival Clin d’Oeil 2019 !

E.M : Le Festival Clin d'Oeil 2017 vient de se terminer. Quels sont vos sentiments ? Vos objectifs ont-ils été réalisés ? Vos investissements ont-ils porté leurs fruits ?
D.D.K. : L’édition de 2017 a été un bon cru et le pays invité, le Brésil a su enchanter les festivaliers. L’équipe est satisfaite de l’ensemble, grâce à une belle programmation, des nouveautés qui ont fait que le public a été captivé en partageant leur joie dans les réseaux sociaux.
Mon sentiment est un peu mitigé entre la consécration d’une bonne équipe, d’une bonne organisation, d’une fréquentation en pleine croissance et des difficultés financières qui n’ont pas permis à cette édition de faire face aux imprévus. En effet, le Festival a dû fermer entièrement le Village le jeudi suite à un arrêté préfectoral d’un alerte orage classée orange. La pluie a aussi mitigé la fréquentation le dimanche lors de la clôture. Ce sont des conséquences qui ont un impact financièrement important.... à suivre dans le numéro 844

Propos recueillis par Françoise Chastel
© : Anthony Arrosères - Anthographe

David de keyrer